Publications Babels

2018

Michel Agier (2018) L’étranger qui vient. Repenser l’hospitalité, Le Seuil, Paris.

La condition d’étranger est appelée à se répandre. Mais la mobilité que l’on se plaît à célébrer se heurte aux frontières que les États-nations dressent face aux « migrants », traités en ennemis plutôt qu’en hôtes.
Mis en demeure de pallier l’hostilité de leurs gouvernants, beaucoup de citoyens se sont retrouvés acculés à faire quelque chose : accueillir, nourrir ou transporter des voyageurs en détresse. Ils ont ainsi réveillé une vieille tradition anthropologique qui semblait endormie, celle de l’hospitalité. Cette façon d’entrer en politique par la petite porte de chez soi qu’on ouvre montre toutefois ses limites. Chaque hébergement est une goutte d’eau dans l’océan de l’errance globale et la faveur dont procèdent de tels gestes ne saurait durablement faire office de sauf-conduit.
Michel Agier nous invite à repenser l’hospitalité au prisme de l’anthropologie, de la philosophie et de l’histoire. S’il en souligne les ambiguïtés, il révèle aussi sa capacité à déranger l’imaginaire national. Car l’étranger qui vient nous demande de penser autrement la place de chacun et chacune dans le monde.

2017

Babels (2017) De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps, le passager clandestin, Neuvy en Champagne.

(voir la rubrique « Bibliothèque des frontières »)

Babels (2017) La mort aux frontières de l’Europe : retrouver, identifier, commémorer, le passager clandestin, Neuvy en Champagne.

(voir la rubrique « Bibliothèque des frontières »)

2016

Michel Agier (2016) Les migrants et nous, comprendre Babel, CNRS Editions, Paris.

Entre la peur et la compassion, entre le besoin de sécurité, de limites et de frontières d’une part, et le sentiment d’un devoir de sauvetage des victimes d’un monde chaotique d’autre part, y a-t-il place pour un principe partagé, universel, qui ferait des migrants, plutôt qu’un problème, une cause pour tous, au sens d’une épreuve qui nous tire en avant, vers la compréhension et le désir d’un monde commun ?

Michel Agier (2016) « Ce que les villes font aux migrants, ce que les migrants font à la ville » Le sujet dans la cité, 7 (2): 21-31.

Entretien avec la rédaction du Sujet dans la citée au cours duquel Michel Agier aborde les principaux thèmes du programme de recherche Babels.

Pour les étrangers en situation irrégulière vivant en France, échapper à l’expulsion du territoire nécessite d’adapter son comportement quotidien à cette menace. Comme elle est avant tout question de perception personnelle, la menace fait planer un doute incessant sur l’apparence des choses. Les étrangers en situation irrégulière font l’expérience quotidienne de frontières aux contours mouvants, la menace se révèle alors être un instrument de gouvernement exerçant un contrôle protéiforme sur une population difficilement saisissable autrement.

Stefan Le Courant (2016) « Méfiance et enquête de réalité. Ce que les étrangers en situation irrégulière savent de l’État » Tracés, 31.

La politique de lutte contre l’immigration irrégulière instaure une menace quotidienne d’expulsion pour les sans-papiers présents sur le territoire. Afin de garantir leur séjour, ils doivent sans cesse questionner leur environnement, sonder leurs relations afin d’essayer d’anticiper tout ce qui serait susceptible de les mettre en danger. Il revient à chacun de savoir jusqu’où mener ces enquêtes de réalité. Appliquées à l’État, ces enquêtes en révèlent les ambiguïtés et les ambivalences puisque la protection – précaire – offerte par le droit au séjour est sollicitée auprès du même État qui suscite la méfiance. Au cours de leurs quêtes de papiers, l’État, tour à tour, apparaîtra sous les traits d’une bureaucratie rationnelle, s’incarnera dans l’arbitraire de ses agents et sera perçu comme une entité dotée de pouvoir de type magique.