A propos Stefan Le Courant

Postdoctorant ANR Babels

Parution – 18 octobre Méditerranée: des frontières à la dérive

Comment la Méditerranée,qui est au cœur des politiques de dissuasion et de répression des migrations, est devenue une frontière

Durant ces trente dernières années, la Méditerranée est passée d’un espace de passage, un « espace-mouvement », à un « espace-nasse », un piège pour certaines mobilités. Ce livre met en lumière tout à la fois la dilution et l’extension des dynamiques frontalières. Il s’agit d’interroger les points de vue de ceux qui définissent la frontière, de ceux qui la contestent ou s’en accommodent et de ceux qui la vivent. En reprenant la généalogie des politiques du contrôle migratoire en Méditerranée, ce travail contribue à faire évoluer notre acception de la notion de « frontière ». Il montre que la forme sociale et spatiale que prend la frontière aujourd’hui ne constitue que le dernier épisode d’une longue histoire du passage et du tri. Or, les dynamiques sélectives, punitives et dissuasives du filtrage, du blocage et du renvoi tendent à se focaliser en des lieux spécifiques, qu’on peut ramener à trois types d’espace qui sont des lieux symboliques et concrets du contrôle : les îles de Méditerranée (Malte, la Sicile, Samos, Chypre) ; certains États bordant la Méditerranée auxquels est délégué le contrôle migratoire (Italie et Libye) ; la mer elle- même, enfin, et tout particulièrement le canal de Sicile, en tant qu’espace contesté et de résistance. L’ouvrage se base sur des écrits d’une vingtaine de chercheurs et d’acteurs associatifs, et s’appuie à la fois sur l’analyse des politiques, l’action des différentes institutions de la migration (ONGs, associations, police etc.) et le récit du vécu des frontières par les migrants.

L’ouvrage a été coordonné par Camille Schmoll et Nathalie Bernardie Tahir.


3 mai – Journée d’étude : « Politique en exil »

Dans les représentations médiatiques et les discours politiques, les réfugié-e-s apparaissent souvent comme un « flux » indistinct. On n’entend leur parole que comme un cri de détresse impuissant. Pourtant, ils peuvent s’organiser, à travers des lieux autogérés, des manifestations pour défendre leurs droits, des associations ou des partis. En faisant dialoguer chercheurs et acteurs engagés issus de diverses communautés, cette journée d’étude met en lumière la participation politique des réfugié-e-s, dans les pays d’accueil comme dans les pays de transit. Comment, sur les questions qui concernent leur expérience migratoire ou la situation politique dans leur pays d’origine, les exilé-e-s font entendre leur voix ?

Cette journée d’étude aura lieu le 3 mai 2018 de 9h30 à 18h à l’Auberge de Jeunesse – Halle Pajol à Paris, 18e (métro Marx Dormoy)

Attention, le 3 mai est un jour de mouvement social sur le réseau ferroviaire.

Pour faciliter l’organisation nous vous demandons de vous inscrire à cette adresse (gratuit): https://www.eventbrite.fr/e/billets-politique-en-exil-colloque-babels-44850972466?internal_ref=login 

Organisation:

Karen Akoka, U. Paris 10, ISP
Yasmine Bouagga, CNRS, Triangle

PROGRAMME (sous réserve de modifications)

ACCUEIL DES PARTICIPANTS : 9h

MATINEE (9h30-12h30)
Introduction: La question politique dans le programme Babels
Karen Akoka, politiste, Université Paris Nanterre, ISP
Yasmine Bouagga, sociologue, CNRS-Triangle

Séance 1 : Mobilisations à distance
Discutant : Stéphane Dufoix, sociologue, Université Paris Nanterre / Sophiapol
1. Les mobilisations politiques des migrants Portugais (1958-1974)Victor Pereira, historien, Université de Pau.
2. Les Tamouls du Sri-Lanka en France : comment faire vivre « la cause tamoule » après la guerre?Angelina Etiemble, sociologue, Université du Maine- Le Mans
3. Quelle place pour l’engagement politique des femmes en exil ?Samira Mobaied, fondatrice de l’association « Renaissance des femmes syrienne ».

Séance 2 : Activisme en exil
Discutant : Rémy Bazenguissa-Ganga, anthropologue, EHESS-IMAF
4. Peurs et réflexivité émotionnelle parmi les jeunes activistes érythréens en exil (2011-2013)David Bozzini, anthropologue, Université de Fribourg.
5. Exil et formation des répertoires d’action. Réflexions à partir du cas kurde en EuropeOlivier Grojean, politiste, Université Paris 1 /CESSP
6. L’expérience d’un média de la diaspora en lutteBiniam Simon, fondateur de la radio érythréenne « Erena »

Lire la suite

Rencontres

La publication des deux premiers volumes de la collection  » Bibliothèque des frontières » donne lieu à des rencontres avec les auteurs:
– Le 3 octobre à 20h30 au Lieu unique à Nantes, Michel Agier, Yasmine Bouagga et Carolina Kobelinsky, autour de  la question des frontières, des politiques d’asile et l’hospitalité.
– Du vendredi 6 au dimanche 8 octobre, Yasmine Bouagga au Festival du Livre de Mouans-Sartoux pour présenter l’ouvrage De Lesbos à Calais, comment l’Europe fabrique des camps.
– Le dimanche 8 octobre à 17h30 au salon La 25e heure du livre au Mans Michel Agier parlera de l’accueil des migrants en Europe.

« Bibliothèque des frontières » à la radio

Retrouvez les liens vers les émissions de radio où sont présentés les deux premiers ouvrages de  la collection « Bibliothèque des frontières ».

Le 12 juin 2017 Michel Agier, Yasmine Bouagga et Carolina Kobelinsky participaient à l’émission Liberté sur parole présentée par Eugénie Barbezat sur radio Aligre
Émission à réécouter ici.

 

Le 21 juin 2017, Yasmine Bouagga et Carolina Koblinsky dans l’émission Les Oreilles Loin du Front sur Fréquence Paris Pluriel.
(le podcast n’est pas encore disponible)

Le 3 juillet 2017, Yasmine Bouagga sur RFI dans l’émission Accents d’Europe présentée par Frédérique Lebel.
Émission a réécouter ici.

Vicente

Dans le bidonville de Calais, le narrateur rencontre Vicente, un exilé de Guinée Équatoriale combattant les agents doubles et Barack Obama. Sa parole en apparence incohérente révèle pourtant peu à peu une étrange vérité. Et si Vicente dans sa folie, n’avait pas vu, lui, que tout est politique?

Film écrit par Michel Agier, réalisation Nicolas Autheman (coproduction Minimum moderne / Babels)

 

English Subtitles:

Lancement de la collection « Bibliothèque des frontières »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le lancement de la collection « Bibliothèque des frontières », éditions le passager clandestin :

Le 24 mai à partir de 19h au Lieu Dit (6 rue Sorbier, Paris 20e)

Programme de la soirée :

19h / accueil

19h15 / projection du court métrage Vicente (film de Michel Agier, réalisation Nicolas Autheman)

Dans le bidonville de Calais, le narrateur rencontre Vicente, un exilé de Guinée Équatoriale combattant les agents doubles et Barack Obama. Sa parole en apparence incohérente révèle pourtant peu à peu une étrange vérité. Et si Vicente dans sa folie, n’avait pas vu, lui, que tout est politique?

19h30 / présentation de la collection « Bibliothèque des frontières »  par Michel Agier

19h45 / présentation des deux premiers ouvrages de la collection :

  

De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps par Yasmine Bouagga

— La mort aux frontières de l’Europe : retrouver, identifier, commémorer par Carolina Kobelinsky

20h15 / Débat avec la salle, suivi d’un pot.

Babels. Ce que les villes font aux migrants, ce que les migrants font à la ville

Réunissant une quarantaine de chercheurs sous la direction scientifique de l’anthropologue Michel Agier, le programme de recherche Babels – financé par l’ANR – propose de questionner l’actuelle « crise migratoire » en Europe. Cette dernière a instauré un moment politique au cours duquel la question de l’asile est devenue un enjeu de débat public à l’échelle des États, des municipalités, des associations de défense des droits de l’homme, et même au niveau individuel. Entre hospitalité publique affichée et rejet des migrants (jusqu’à leur encampement), les formes concrètes de l’accueil des migrants diffèrent suivant les contextes. À partir d’ethnographies comparées en Europe et en Méditerranée cette recherche permet d’analyser ces situations de frontières contemporaines. Les frontières sont ici autant géographiques –avec l’apparition de barrières sur le sol européen et le renforcement des contrôles extérieurs – que sociales au travers des mécanismes de mise à l’écart des migrants.
Le programme de recherche est ancré dans des contextes divers migratoires, régionaux et urbains. Au sein de ces contextes, les circulations, les conflits, les formes locales de catégorisation, d’altérisation et d’insertion des migrants permettent d’analyser les différentes modalités − hospitalières, sécuritaires ou répressives – des politiques de la frontière. Les espaces traversés et habités par les migrants sont autant de lieux-frontières qu’ils contribuent à façonner par leur présence. Ces espaces, reliés entre eux par les parcours migratoires, dessinent des itinéraires mouvants et évoluant en fonction des opportunités et des situations locales qu’il s’agit de saisir dans cette recherche. Enfin, la présence de migrants – installés ou de passage – implique des formes de cohabitation et des interactions au sein de ces situations de frontières. Les modalités de cette coprésence, empiriquement observables, dessinent les contours des différentes manières de vivre une sociabilité « banalement » cosmopolite.
Les villes occupent une place centrale dans cette recherche puisqu’elles sont à la fois les lieux de la coprésence de personnes subissant un gouvernement différentiel par la frontière, et les lieux où s’actualisent et s’imbriquent les différents niveaux politiques qui font exister ces frontières. Les villes sont également des lieux où la frontière prend une texture particulière – entre assistance et contrôle – et une temporalité singulière. Si certaines frontières se traversent rapidement, d’autres imposent des haltes prolongées transformant ces espaces en autant de lieux de mise en attente et faisant émerger, dans et en périphérie des villes, des formes urbaines où s’organise la vie des migrants. Les modalités particulières de l’articulation locale entre passage et ancrage des migrants, d’une part, hospitalité et rejet des sociétés locales, de l’autre, donnent en chaque lieu une épaisseur singulière à la frontière et permettent de distinguer trois formes de villes : les villes-frontières, les villes-refuges et les villes-carrefours.