Equipe Babels

Direction

Michel Agier agier@ehess.fr

Anthropologue, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Michel Agier mène depuis quinze ans des recherches sur la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l’exil, et les nouveaux contextes urbains. Il a dirigé l’ouvrage collectif Un monde de camps (La Découverte, 2014, avec le soutien de l’ANR) et publie en octobre 2016 Les migrants et nous. Comprendre Babel, éd. du CNRS (col. Débats). Dans le cadre de Babels il mène des recherches à Calais et Beyrouth.

 Coordination

Stefan Le Courant stefan.le-courant@ehess.fr

Anthropologue, chercheur post-doc au Laboratoire d’Anthropologie Urbanités et Mondialisations (LAUM/IIAC-EHESS/CNRS). Stefan Le Courant a consacré ses travaux de thèse au traitement de l’immigration irrégulière en France. Pour Babels il enquête sur les politiques d’hospitalité de la Ville de Paris.

Axe Villes-frontières et traversées

Coordination

Karen Akoka (sociologue, maîtresse de conférences, université Paris Ouest Nanterre la Défense) a mené des recherches sur la production du statut de réfugié par l’Ofpra en France depuis 1952 et sur les politiques de gestion des réfugiés (Israël) et des migrants (Chypre). Dans le cadre de Babels, elle enquête sur les articulations entre politiques migratoires ; circulations internationales et production de l’urbain en contexte chypriote, dans la ville de Nicosie tout particulièrement.

Carolina Kobelinsky (anthropologue, chargée de recherche CNRS, LESC) a mené des recherches sur l’accueil des demandeurs d’asile en France ; elle travaille depuis 2013 à une ethnographie de la gestion des morts de la migration aux frontières de l’UE. Dans le cadre de Babels, elle enquête sur la prise en charge des corps aux frontières espagnoles.

Membres de l’axe

Sarah Barnier (doctorante EHESS, IIAC-LAUM), anthropologue, prépare une thèse sur les rapports entre pratiques spatiales et constructions identitaires au sein d’une ville aux multiples frontières, Algésiras. Dans le cadre du projet Babels, elle enquête sur l’articulation entre construction d’altérité, production de catégories et pratiques de sociabilité au sein de deux quartiers d’Algésiras.

Céline Barré (doctorante EHESS, IIAC-LAUM), a mené des recherches sur les politiques migratoires au Maroc, puis elle a participé dans un cadre associatif à l’accueil des demandeurs d’asile à Calais en 2014-2015. Elle enquête sur la création du camp à Calais et sa relation avec la ville ainsi que sur la place des acteurs associatifs et militants au sein du camp.

Yasmine Bouagga (sociologue, chargée de recherche au CNRS, laboratoire Triangle, Lyon), mène des recherches sur les politiques de l’asile en France, l’expérience des migrants face aux administrations, et les mobilisations de soutien. Elle a mené une enquête de terrain à Calais entre février et octobre 2016, collaborant notamment avec Lisa Mandel, dessinatrice du blog Les Nouvelles de la Jungle.

Sara Casella Colombeau (postdoctorante, University of Edinburgh) s’intéresse aux politiques d’immigration et plus précisément aux acteurs policiers charges de les appliquer. Elle a soutenu en 2013 une thèse sur les transformations de la police aux frontières française depuis les années 1950. Elle enquête sur le rétablissement des contrôles à la frontière franco-italienne entre Menton et Vintimille en 2015-2016.

Olivier Clochard (chargé de recherche CNRS, Migrinter), géographe, il s’intéresse aux politiques européennes d’asile et d’immigration, à travers le prisme de l’évolution des frontières et des lieux de détention pour migrants. Dans le cadre du réseau Migreurop, il travaille depuis 2012 à une cartographie de ces différents processus. Avec Karen Akoka et Camille Schmoll, il enquête sur la manière dont les questions migratoires s’inscrivent dans la ville de Nicosie.

Cyrille Hanappe est architecte et ingénieur. Il est associé dans l’agence AIR Architectures et préside l’association Actes&Cités qui « fait pour la dignité par le cadre de vie ». Il est également directeur pédagogique du Diplôme de Spécialisation en Architecture des Risques Majeurs de l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Belleville. Son travail de recherche est particulièrement axé sur l’architecture des camps et des bidonvilles.

Mathilde Pette (sociologue, maîtresse de conférences à l’Université de Perpignan Via Domitia) mène des recherches sur les associations et les militants de la cause des étrangers. Ses terrains de recherche se sont jusqu’à présents concentrés sur le Nord de la France, de la métropole lilloise aux campements de migrants situés dans le Pas-de-Calais.

Camille Schmoll (géographe, Université Paris 7 Diderot, Institut Universitaire de France). Ses travaux actuels portent sur les migrations féminines aux frontières méridionales de l’Union Européenne (Malte, Chypre, Italie). Elle enquête à Nicosie avec Karen Akoka et Olivier Clochard.

Louise Tassin (doctorante Université Nice Sophia antipolis, URMIS) prépare une thèse de sociologie sur l’enfermement des étrangers en situation irrégulière à partir d’enquêtes ethnographiques à Paris, à Lesbos et à Lampedusa. Elle travaille avec Carolina Kobelinsky sur la gestion des rescapés et des morts à Lampedusa.

Madeleine Trépanier (Master EHESS, IIAC-LAUM), étudiante en anthropologie à l’EHESS, elle prépare un mémoire sur le camp de Calais. Elle participera à l’enquête sur la prise en charge des migrants à Calais.

Axe Villes-carrefours et refuges

Coordination

Nicolas Puig (anthropologue, chargé de recherche CR1 IRD, URMIS), travaille sur les pratiques urbaines et les expériences sociales des citadins illégitimes dans les villes arabes. Il contribue à l’étude sur les interactions et les perceptions de soi et d’autrui dans un lieu cosmopolite de Beyrouth : le marché de Sabra. Et il travaille avec Justin de Gonzague à l’élaboration d’un film portant sur les trajectoires des musiciens palestiniens du groupe Katibé 5.

Michel Tabet (associé au LAS, Paris), anthropologue-vidéaste, participera à la mise en œuvre des méthodes d’enquête audiovisuelle sur les interactions et perceptions de soi et d’autrui dans le quartier de Sabra à Beyrouth.

Membres de l’axe

Hala Abou Zaki (doctorante EHESS, IIAC-LAUM), prépare une thèse sur les transformations sociales, politiques et familiales dans le camp de réfugiés palestiniens de Chatila, au Liban. Elle enquête sur les réfugiés syriens et palestiniens de Syrie installés dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban.

Assaf Dahdah (géographe, post-doctorant, ANR LAJEH) a soutenu en 2015 une thèse sur l’habiter des travailleurs migrants à Beyrouth. Son travail actuel porte sur la présence des demandeurs d’asile dans les hôtels meublés de Marseille. Il enquête sur la coprésence et la place des populations dans les secteurs de Sabra et de Bourj al-Brajneh à Beyrouth.

Leila Drif (doctorante EHESS IRIS/IIAC-LAUM) conduit une thèse d’anthropologie sur le rôle des acteurs du développement dans la fabrication sociale et symbolique des territoires du Hezbollah et de ses marges, en banlieue sud de Beyrouth. Elle enquête sur le parcours d’accès des réfugiés syriens aux institutions publiques d’assistance ; les centres sociaux de développement.

Justin de Gonzague (cinéaste) écrit et réalise des documentaires autour de l’exclusion et de l’immigration en France. Son travail porte à présent sur les réfugiés au Liban, en Syrie, au Kurdistan, et en Turquie mais aussi en France et en Italie. Pour Babels, il suit les membres d’un groupe de rap palestinien (Katibe 5) de Beyrouth à Londres en passant par Paris.

Hoda Kassatly (photographe et anthropologue, associé au CEMAM, Beyrouth) développe différents travaux photographiques au Liban et en Syrie.. Pour Babel, elle participe à l’enquête de Sabra et conduit une enquête photographique sur les représentations de la domesticité dans l’espace de la ville.

Are John Knudsen (research director, CMI, Bergen, Norvège) est spécialisé sur l’étude des réfugiés du Moyen Orient. Il étudie les trajectoires migratoires des réfugiés syriens à Beyrouth.

Franck Mermier (anthropologue, directeur de recherche CNRS, IIAC-LAUM) a mené des recherches les sociétés urbaines de l’Orient arabe et notamment sur les frontières intérieures de Beyrouth. Il enquête sur les parcours des intellectuels syriens réfugiés, sur leur production culturelle à Beyrouth et sur les réseaux reliant cette ville à d’autres centres de gravité de la culture syrienne en exil.

Axe Villes-refuges et « crise de l’asile »

Coordination

Chowra Makaremi (anthropologue, chargée de recherche CNRS, IRIS) a travaillé sur les contrôles migratoires et les reconfigurations de la frontière en Europe, en menant notamment une ethnographie de la détention frontalière (en « zones d’attentes ») en France. Elle travaille sur la gestion institutionnelle de la « crise de l’asile » et l’hébergement des migrants à Paris.

Véronique Bontemps (anthropologue, chargée de recherche CNRS, IIAC-LAUM) mène des recherches sur les articulations entre frontières et inégalités dans les sociétés palestiniennes. Elle enquête avec Anaïk Pian sur le rôle des interprètes comme médiateurs dans l’asile à Paris.

 Membres de l’axe

Victoire Bovet (Master EHESS, IIAC-LAUM), étudiante en anthropologie à l’EHESS, elle débute une recherche sur les lieux de prise en charge et/ou de mise à l’écart des migrants à Paris. Elle participe à l’enquête sur la prise en charge des migrants à Paris.

Lola Courcoux (Master Université Paris Ouest Nanterre la Défense) a effectué une recherche sur l’accueil institutionnel des demandeurs d’asile en région parisienne à l’épreuve de la « crise migratoire » et commence une recherche sur les reconfigurations des relations institutionnelles à multi-niveaux dans les dispositifs d’hébergement des demandeurs d’asile, notamment en centres de transit et CAO.

Paola Diaz (chercheuse associée au Centre d’études des mouvements sociaux CEMS-EHESS, docteure en sociologie de l’EHESS)  a fait une thèse intitulée « L’expérience publique des crimes politiques du passé. Le cas du Chili post-dictature ». Les publications liées à cette recherche se centrent sur l’action collective des familles des disparus, les engagements politiques et affectifs, les dispositifs gouvernementaux de justice transitionnelle et les discours politiques de réconciliation. A présent, Paola Diaz travaille sur l’engagement citoyen en faveur des migrants à Paris et sur les dispositifs de documentation de la mort et de la disparition des migrants en Europe (Croix Rouge) et Etats-Unis (Tucson-Arizona).

Camille Gardesse (sociologue et urbaniste, maître de conférences à l’Ecole d’Urbanisme de Paris et co-responsable de l’équipe Inégalités et Discriminations du Lab’Urba) a étudié la sociologie des migrations et des relations interethniques en situations urbaines (URMIS – Université Paris 7) ainsi que l’histoire des faits migratoires et des politiques de gestion de l’immigration en France (Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration). Elle a ensuite travaillé au cours de sa thèse (Lab’Urba), mais aussi dans des recherches collectives (programme Concertation Décision Environnement sur la participation des habitants dans les projets d’écoquartiers)  sur l’implication des habitants dans les projets d’urbanisme. Elle s’est également intéressée aux conditions et aux inégalités d’accès des populations concernées par les politiques et projets urbains dans les dispositifs participatifs ainsi qu’à des formes de participation ascendante et à des mobilisations habitantes en ville.

Marjorie Gerbier-Aublanc (socio-anthropologue, post-doctorante, LAUM/IIAC-EHESS/CNRS) a consacré ses travaux de recherche aux logiques associatives (communautaires et humanitaires) d’accueil et de soutien aux populations migrantes dans différents contextes : la lutte contre le VIH/sida (thèse soutenue en mai 2016) et les camps de migrant.e.s en France (projet post-doctoral 2016). Elle s’est notamment intéressée aux effets de ces soutiens collectifs sur le déploiement des capacités d’agir des migrant.e.s. Elle a également examiné les modes de coordination possibles entre actions associatives et politiques institutionnelles. Dans le cadre de Babels, elle enquête sur les formes d’hospitalité individuelle des parisein.ne.s à l’égard des migrant.e.s.

Nicolas Jaoul (anthropologue, chargé de recherche, IRIS) travaille en anthropologie politique sur la politique des marges en Inde. Depuis juin 2015, il a pris part aux luttes des migrants à Paris, documentant celle-ci et réfléchissant aux liens entre savoir anthropologique et savoirs militants.

Pierre-Joseph Laurent (anthropologue, professeur d’université, Université Catholique de Louvain, membre de l’Académie des sciences de Belgique), après avoir travaillé au Burkina Faso, mène des recherches depuis 2005 au Cap-Vert et dans la diaspora (USA-Boston et Italie-Naples) sur les processus d’adaptation de la famille à la migration, tant légale que clandestine. Pour Babels, il enquête sur la prise en charge des demandeurs d’asile à Bruxelles.

Evangeline Masson-Diez (doctorante en sociologie, « Centre Constructions européennes, mobilités et frontières », Dynamiques Européennes. Université de Strasbourg), après avoir travaillé dix ans dans le milieu associatif, mène des recherches sur les dynamiques de soutien dans les bidonvilles et les campements et les pratiques associatives et citoyennes de prise en charge. Elle enquête en particulier sur les interactions entre les soutiens, les militants et les associatives traditionnelles d’accompagnement à Paris.

Sarah Mazouz (sociologue, post-doctorante Marie Curie, Humboldt Universitätzu Berlin), a mené de recherches sur l’anti-discrimination et la naturalisation en France. Depuis 2013, elle travaille sur les politiques d’immigration et de nationalité en Allemagne. Pour Babels, elle enquête sur les formes de prise en charge des migrants/demandeurs d’asile à Berlin.

Jacinthe Mazzocchetti (anthropologue, professeur à l’Université Catholique de Louvain), ses recherches portent sur la reconnaissance des jeunesses en contexte de mondialisation et sur les migrations entre l’Afrique et l’Europe, avec des terrains en Belgique et à Malte. Elle enquête sur la gestion des migrations et de l’asile à Malte et sur les lieux d’accueil des réfugiés à Bruxelles.

Christine Moliner est anthropologue, ses recherches portent sur différents aspects de l’immigration sikhe en Europe. Pour Babels, elle enquête sur les Afghans de Paris, leur inscription socio-spatiale dans le 10e arrondissement de la capitale, les conditions de leur (non)-accueil et leurs représentations de l’exil et de la violence en migration.

Anaïk Pian (sociologue, MCF à Université de Strasbourg, laboratoire DynamE) travaille depuis plusieurs années sur les migrations internationales et les espaces dits de transit. Plus récemment, elle a commencé des recherches sur l’interprétariat dans les soins et dans l’asile. Son enquête porte en particulier sur la place des interprètes dans l’accueil des migrants en ville.

Simon Turner (professeur au Centre for Advanced Migration Studies de l’Université de Copenhague) a mené des recherches sur la mobilité et la construction de l’Etat, les camps de réfugiés et l’humanitaire en Afrique centrale dans la région des Grands Lacs. Il étudie les groupes de la société civile danoise qui ont émergé en réponse à l’afflux de réfugiés au Danemark.