Bibliothèque des frontières

Penser les frontières contemporaines, réinventer les politiques d’asile et l’hospitalité. Une collection, dirigée par Michel Agier et Stefan Le Courant, éditions le passager clandestin.

À partir d’enquêtes approfondies menées dans les grandes villes européennes et du pourtour méditerranéen, cette collection d’ouvrages permet de comprendre ce que les frontières contemporaines font aux migrants et à l’Europe. A partir d’une démarche anthropologique et des témoignages des acteurs concernés (migrants, militants, observateurs directs…) chaque volume de la collection analyse un thème particulier du programme Babels .

Babels (2017) De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps, le passager clandestin, Neuvy en Champagne.

De Lesbos à Calais, une myriade de lieux de mise à l’écart émaille les parcours des migrants. Ces camps se forment partout où la circulation des migrants est empêchée, aux portes d’entrées vers l’Europe comme aux frontières nationales. Ils apparaissent aussi dans les lieux de mise en attente des migrants : attente de la reconnaissance d’un statut administratif stable, d’un logement, d’une prise en charge. Enfin, les camps ont de longue date été les lieux où s’articulent les logiques d’enfermement, de contrôle et de tri des migrants. Logiques toujours à l’oeuvre au sein des hotspots, réponse de l’Union Européenne à la « crise des migrants ».
Ces camps sont différents dans leurs morphologies (camps ouverts, camps fermés), par leurs fonctionnements (autogestion des migrants, gestion humanitaire, enfermement sur le modèle carcéral, etc.), de par les acteurs qui les investissent. Penser ensemble ces bidonvilles des bordures urbaines, les campements en villes, les centres de rétention et hotspots, fait néanmoins apparaitre le continuum auquel ils participent, celui d’une mise à l’écart des migrants, d’un traitement par le temporaire. Cet encampement transforme les frontières en des espaces de mise en attente où s’organise la vie des migrants.
Ces espaces de relégation sont aussi des lieux d’où émergent des prises de conscience collective, des modes d’agir et de revendications politiques de la part des migrants. Ils sont également les lieux où se cristallisent des formes de solidarités citoyennes et riveraines qui débordent la seule hospitalité publique instaurée institutionnellement. Par leurs seules présences ces camps transforment les espaces urbains, des murs s’érigent pour barrer le passage, des barrières se dressent pour empêcher des installations de migrants.
En cela, le retour des camps en Europe, censé répondre à la « crise des migrants », révèle la réalité d’une crise politique et d’une crise de l’hospitalité qui fait du provisoire et de la mise à l’écart les seules manières de penser la gestion des migrations contemporaines.

Lire l’introduction

Coordination: Yasmine Bouagga et Céline Barré

Contributeurs : Sarah Barnier, Sara Casella Colombeau, Camille Gardesse, Marjorie Gerbier-Aublanc, Zelda Guilbaud, Cyrille Hanappe, Nicolas Jaoul, Stefan Le Courant, Evengeline Masson-Diez, Sarah Mazouz, Sara Prestianni, Louise Tassin (membres de Babels) avec la participation d’Isabelle Coutant et Michaël Neuman.

Babels (2017) La mort aux frontières de l’Europe : retrouver, identifier, commémorer, le passager clandestin, Neuvy en Champagne.

La mort de migrants noyés, asphyxiés, intoxiqués, déshydratés sur les côtes de la Méditerranée, de l’Egée, de l’Atlantique comme aux frontières terrestres de l’Europe est devenue une réalité quotidienne. Aujourd’hui, les tombes d’anonymes sont chaque jour plus nombreuses dans les cimetières de Lampedusa, Lesbos, Tenerife ou Calais.
Ces morts interrogent les sociétés où sont découverts les corps des migrants. La prise en charge de ces morts, leur identification, le lien avec la famille au pays d’origine, l’acheminement du corps ou son enterrement sur place, reposent sur une chaîne d’acteurs institutionnels et citoyens. À travers les cérémonies et les commémorations se joue, au sein des différentes sociétés européennes qui les reçoivent, la visibilisation des migrants morts. Les mouvements de solidarité et les prises de conscience politiques des habitants des lieux-frontière érigent ces mobilisations en cause des migrants. Écouter les récits, recueillir les mises en mots de la mort et de la disparition par les personnes qui circulent à travers les frontières, donne accès au vécu et aux représentations d’une migration sur laquelle plane, sans cesse, le spectre de la mort.
Cette articulation entre des questions sur le traitement des défunts et des interrogations sur l’imaginaire de la migration permet d’offrir un nouvel éclairage dans le débat actuel sur la « crise migratoire ». Désactivant les lectures misérabilistes faisant des migrants des victimes dépourvues de capacité d’action ou des inconscients prenant des risques inconsidérés pour rejoindre l’Europe, la réflexion fait apparaître la violence dont sont porteuses les frontières européennes.
À travers l’exploration de ces grands enjeux administratifs, politiques, affectifs et moraux, cet ouvrage invite à questionner les limites et les effets des politiques migratoires contemporaines.

Lire l’introduction

Coordination: Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant

Contributeurs: Paola Diaz, Filippo Furri, Maël Galisson, Christine Moliner, Anaïk Pian, Sara Prestianni.