Le programme Babels

Réunissant une quarantaine de chercheurs sous la direction scientifique de l’anthropologue Michel Agier, le programme de recherche Babels propose de questionner l’actuelle « crise migratoire » en Europe. Cette dernière a instauré un moment politique au cours duquel la question de l’asile est devenue un enjeu de débat public à l’échelle des États, des municipalités, des associations de défense des droits de l’homme, et même au niveau individuel. Entre hospitalité publique affichée et rejet des migrant.e.s (jusqu’à leur encampement), les formes concrètes de l’accueil des migrant.e.s diffèrent suivant les contextes. À partir d’ethnographies comparées en Europe et en Méditerranée, le programme Babels permet d’analyser ces situations de frontières contemporaines. Les frontières sont ici autant géographiques –avec l’apparition de barrières sur le sol européen et le renforcement des contrôles extérieurs – que sociales au travers des mécanismes de mise à l’écart des migrant.e.s.

Le programme de recherche est ancré dans des contextes divers – migratoires, régionaux et urbains. Au sein de ces contextes, les circulations, les conflits, les formes locales de catégorisation, d’altérisation et d’insertion des migrant.e.s permettent d’analyser les différentes modalités − hospitalières, sécuritaires ou répressives – des politiques de la frontière. Les espaces traversés et habités par les migrant.e.s sont autant de lieux-frontières qu’ils contribuent à façonner par leur présence. Ces espaces, reliés entre eux par les parcours migratoires, dessinent des itinéraires mouvants et évoluant en fonction des opportunités et des situations locales. Enfin, la présence de migrant.e.s – installé.e.s ou de passage – implique des formes de cohabitation et des interactions au sein de ces situations de frontières. Les modalités de cette coprésence, empiriquement observables, instaurent différentes manières de vivre une sociabilité « banalement » cosmopolite. Les villes occupent une place centrale dans cette recherche puisqu’elles sont à la fois les lieux de la coprésence de personnes subissant un gouvernement différentiel de et par la frontière, et les lieux où s’actualisent et s’imbriquent les différents niveaux politiques qui font exister ces frontières. Les villes sont également des lieux où la frontière prend une texture particulière – entre assistance et contrôle – et une temporalité singulière. Si certaines frontières se traversent rapidement, d’autres imposent des haltes prolongées transformant ces espaces en autant de lieux de mise en attente et faisant émerger, dans et en périphérie des villes, des formes urbaines où s’organise la vie des migrant.e.s. Les modalités particulières de l’articulation locale entre passage et ancrage des migrant.e.s, d’une part, hospitalité et rejet des sociétés locales, de l’autre, donnent en chaque lieu une épaisseur singulière à la frontière et permettent de distinguer trois formes de villes : les villes-frontières, les villes-refuges et les villes-carrefours.


Les terrains de recherche

Pour appréhender ces questions dans un vaste ensemble régional entre Europe et Méditerranée, la recherche collective s’organise autour d’une série d’ethnographies comparées des villes-frontières, des villes-refuges et des ville-carrefours. Chaque forme de ville fait l’objet d’enquêtes comparatives permettant de faire émerger des questions spécifiques, tout en contribuant à la réflexion générale sur les trajectoires des migrant.e.s et leur accueil en ville, entre hospitalité et mise à l’écart.

Hors de l’espace européen, les villes-carrefours (Beyrouth et Istanbul) sont traversées par des flux importants de migrant.e.s qui se sont encore accentués depuis l’éclatement de la crise syrienne. Carrefours des mobilités, ces villes sont un point de passage où les trajectoires migratoires se recomposent en fonction des informations et des opportunités du moment. Ces villes sont le lieu de la première confrontation avec les frontières européennes imposant des séjours prolongés. Les formes de l’accueil qui s’y déploient sont étroitement déterminées par la présence de communautés installées parfois de longue date – notamment palestinienne pour le cas de Beyrouth – dans ces espaces urbains. (Coordination : Nicolas Puig, anthropologue, nicolas.puig@ird.fr)

Les villes-frontières (Nicosie, La Valette, Lampedusa, Calais, Algesiras, Ragusa, Pozzallo, Vintimille) placées en bordure de frontières politiques et géographiques sont des espaces d’imbrication des politiques européennes, nationales et municipales entre le rejet – jusqu’à la formation de camps – et l’accueil des populations migrantes. Comme espaces de transit, elles sont des lieux d’installation pour les migrant.e.s, le plus souvent d’un temporaire qui s’inscrit dans la durée. La présence des migrant.e.s en ville implique des formes de sociabilités particulières – du côtoiement à l’évitement – participant à la production de l’urbain.
(Coordination : Karen Akoka, sociologue, kakokak@hotmail.com)

Au cœur des villes-refuges (Paris, Berlin, Bruxelles, Copenhague, Oslo et Vienne) sont récemment apparus des campements rendant visibles la condition de ces migrant.e.s, enclenchant des réponses – entre assistance et répression – de la part des différents pouvoirs publics concernés. Certaines municipalités ont publiquement affiché leur hospitalité en se revendiquant « ville-refuge ». Au-delà de la seule gestion institutionnelle, l’urgence de ces « crises » a fait émerger de nouveaux acteurs aux côtés des associations établies. Des collectifs de riverains et de citoyens ont accompagné et soutenu les migrant.e.s dans l’établissement de lieux d’hébergement tels que la « Maison des réfugiés » à Paris et la « Maison des Migrant.e.s » à Bruxelles. La comparaison entre ces différents contextes européens et les réponses mises en œuvre permettra d’analyser les formes d’hospitalité qui se nouent dans l’imbrication des différents acteurs publics et privés, institutionnels et civils.
(Coordination : Chowra Makaremi, anthropologue, chowra.makaremi@ehess.fr)